Aménagements piscicoles et halieutiques au Lac de Saint-Pardoux

Le Conseil départemental de la Haute-Vienne et la Fédération de pêche ont engagé d'importants aménagements afin de développer le tourisme halieutique

08 déc.

D'un commun accord, le Département de la Haute-Vienne et la Fédération de pêche souhaitent mettre en œuvre un plan de gestion piscicole et halieutique pour le développement de la pêche sur le Lac de Saint-Pardoux. Une convention a ainsi été signée le 1er septembre 2017, pour une durée de 10 ans, afin de développer les activités de pêche à Saint-Pardoux.

Le plan de gestion porte sur 3 points principaux :

  • l'empoissonnement du lac,
  • la réalisation d'aménagements piscicoles et halieutiques,
  • le développement de l'activité de pêche.

L'EMPOISSONNEMENT

Le plan d’empoissonnement viendra compléter la réintroduction des poissons récupérés lors de la vidange décennale. Les espèces à forte valeur, telles que les brochets, les sandres, les perches, ainsi que les black-bass seront privilégiées, et sera complété par l’introduction de poissons fourrage (gardons, ables et tanches).
Afin de préserver la qualité des eaux, le plan exclut les poissons dits fouisseurs (carpes).
Ce  plan,  programmé  sur  8  ans,  est  estimé  à 240 000 €  TTC.  Le Département   participera   aux   frais d’empoissonnement engagés par la Fédération de pêche à hauteur de 100 000 €.

LES AMENAGEMENTS PISCICOLES ET HALIEUTIQUES

Les aménagements piscicoles et halieutiques représentent un investissement d’environ 180 000 € TTC. Ils seront pris en charge conjointement par la Fédération de pêche et le Conseil départemental

  • Création d’une rampe de mise à l’eau au lieu-dit Montimbert – décembre 2017

Les techniciens ont profité de l’assec du lac pour procéder à la réhabilitation de la  rampe de mise à l’eau au lieu-dit Montimbert. Cet ouvrage en pente permet la mise à l'eau des petits bateaux de pêche à partir de leur remorque.
Un aménagement pris en charge par le Département.

  • Intervention sur le fonds des anses : les frayères (lieux où se reproduisent les poissons et les batraciens) – décembre 2017

7 anses sont concernées sur l’ensemble du lac.

Les actions diffèrent selon le lieu :

  • Retrait de quelques saules qui apportent de l’ombrage, limitent le développement des hélophytes et ferment le milieu. Ces saules  ont été coupés et déracinés puis entassés hors d’eau, dans le fond de l’anse. Ces tas constituent des refuges pour la petite faune et permettent l’installation d’insectes xylophages.
  • La plantation d’hélophytes (Baldingères) et d’hydrophytes (nénuphars) est prévue pour essayer d’augmenter la surface de végétaux favorables à la reproduction du brochet.

L’aménagement des frayères est pris en charge par la FDAAPPMA87 (Fédération des associations agréées pour la pêche et la protection des milieux aquatiques).

  • Diversification des habitats piscicoles par l’abattage de certains arbres – décembre 2017

Près de 80 arbres feront l’objet d’un abattage. Cet abattage va permettre d’augmenter la quantité et la diversité des habitats piscicoles du lac.
Il s'agit d'un abattage sélectif : les arbres ont été préalablement sélectionnés par l'ONF (Office Nationale des Forêts). Le but est de pérenniser des arbres d'avenir et d'éliminer les arbres trop âgés, fortement penchés ou malades. L'aspect sanitaire et le caractère invasif de certains arbres sont donc deux critères de choix.

  • Reprise d’un pied de berge sur la zone de la Ribière

L’objectif de cette intervention est de retirer la butte pour obtenir une profondeur d’eau plus importante sur le pied de berge et ainsi permettre à un public jeune de pêcher avec des cannes de faible longueur.
Cette intervention sera prise en charge par le Conseil départemental.

  • Immersion de 30 récifs – début 2018

Afin d’augmenter la quantité et la diversité des habitats piscicoles présents dans le lac, la FDAAPPMA 87 a imaginé d’immerger des récifs composés de différents matériaux.
Ces "arbres artificiels" seront installés dans des profondeurs assez importantes du fait de leur hauteur (1,5 m environ) si possible à l’entrée des anses.
Il n’y aura pas de danger pour les embarcations, les gaines utilisées étant plutôt souples et les profondeurs d’immersion sont prévues pour qu’il y ait une lame d’eau suffisante.
Ces arbres permetteront d’obtenir du volume et une surface importante de fixation pour la flore (algues microscopiques...).
Ils constitueront également des caches pour la faune piscicole et aquatique.

Ce type de dispositif est expérimental dans le sens ou peu de retours d’expériences sont disponibles. Des suivis seront par conséquent mis en place pour évaluer leur pertinence  sur le moyen et le long terme.

L’achat des matériaux sera pris en charge par le Département. La réalisation et la pose seront prises en charge par la FDAAPPMA 87.

LE DEVELOPPEMENT DE L’ACTIVITE DE PECHE

Afin de favoriser le développement de l’activité pêche, une révision du plan de navigation est programmée. Elle permettra notamment aux pêcheurs de carnassiers d’accéder en bateau à de nouvelles zones dans le respect des autres activités.

 

Retour